Accueil - Histoire - Artisanats - Annuaire - Boutique de livres - Galerie - Liens annuaires 1 - Liens annuaires 2 - Liens amis - Plan du site - Mentions légales  

Art Création Décoration - Esther Brassac - 15 rue du boulay - 27930 Emalleville - France - Contact - © tous droits réservés

Artisanat

Dentelle aux fuseaux

Dorure à la feuille

Marqueterie

Métal repoussé

Papier mâché

 

 

Histoire

Costume au Moyen-Âge

Costume  Renaissance

Costume sous Louis XIV

Mythes de la licorne

Petite histoire du pèlerinage

Poupée Pandore

Poupées d’artiste

Saint Martin

Saint Michel

 

 

Boutiques

Boutique de livres

Boutique déco et loisirs créatifs

 

Galeries

Galerie des poupées Pandore
Galerie des tableaux en relief

 

Divers

A propos de l’auteur

Annuaire arts et décoration

Blog

Liens amis - Liens poupées

Liens annuaires

English version

Plan du site

Mentions légales

Art création décoration

Art création décoration
Art création décoration
Art création décoration

Artisanats utilisés

Thèmes d’inspiration

Boutique de livres

Actualités artistiques

Boutique décoration

Galerie tableaux

Galerie poupées

A propos de moi

Accueil du site

Annuaire artistique

Les bijoux durant  l’époque médiévale


La suite du costume féminin au Moyen Âge :

 

Généralités sur le costume féminin pendant le Moyen-Âge

 

Les coiffures et chaussures au Moyen-Âge

Quel type de coiffures les femmes portaient-elles au Moyen-Âge ? Comment étaient les chaussures

 

Les tissus

Informations sur les étoffes, les matières et les couleurs.

Petit lexique

Quelques mots de vocabulaire indispensables...

Livres à acheter sur le costume

Livres sur le costume historique depuis l'antiquité jusqu'à nos jours. Livraison gratuite.

Histoire de France

Sélection de livres. Livraison gratuite

Découvrez aussi :

 

Le costume féminin pendant la Renaissance

Six pages pour mieux connaître l'histoire du costume féminin d'une époque particulièrement riche sur le plan vestimentaire.

 

Le costume féminin sous Louis XIV

Quatre pages d'informations sur le costume des femmes au XVIIème siècle.

 

 

En raison des relations établies avec Byzance, nombre de bijoux de grand prix furent importés en Occident dès l’époque caroligienne. Durant cette période, les bijoux étaient des éléments fixés aux vêtements (agraphes, fermaux, ornements de ceinture, boutons...) en dehors des couronnes, colliers et bagues.

 

C’est vers le 12ème siècle que l’influence de Byzance sur la bijouterie commence à s’atténuer. Le 13ème siècle vit une épuration dans les formes et les décors des bijoux, et une utilisation faite avec sobriété, manifestement en réaction aux excès précédents, phénomène particulièrement notable chez les laïques tandis que les ecclésiastiques continuaient à les employer en abondance. Ces tendances, sensibles durant le règne de Saint Louis connu pour son ascétisme, s’inversèrent de nouveau au 14ème siècle. La guerre de 100 ans eut bien sûr un impact défavorable sur le luxe et la mode des bijoux mais il fut de courte durée. Jusqu’au milieu du 13ème siècle, les pierres étaient taillées en cabochon puis elles le furent peu à peu en table dans certains cas, ce qui accrut leur valeur. Le goût pour les bijoux émaillés devient plus grand pendant le règne de Charles VI et ils prirent différentes formes telles que fleurs, animaux et personnages associés à toutes sortes de décors entremêlés. Sous Charles VI, les coiffures des hommes et des femmes sont couvertes de bijoux tout comme le reste des vêtements : les parures deviennent plus grandes et plus riches que jamais. Plus tardivement, mais toujours au 15ème siècle, les bijoux reprennent des dimensions plus modestes qui font peu d’effet vus de loin.

 

Voici quelques bijoux dont se paraient les bourgeois et les aristocrates au Moyen-Age :

 

Agraphe

Elle était également désignée sous les termes de « afiche », « fermail », « tasel », entre autres. Sa fonction était de maintenir les bords d’une chape ou ceux du haut d’une robe, d’un corsage, d’une coiffure ou encore d’un voile. Elle servait aussi à suspendre des clés et des aumônières. Il arrivait que certaines contiennent des reliques, plus particulièrement en ce qui concerne les fermaux des chapes. Elle était utilisée tant par les hommes que par les femmes et sa forme était des plus variées. Elle pouvait par ailleurs être fabriquée dans toutes sortes de matériaux (métaux, pâtes de verre serties, os, ivoire...) et ornée richement de pierres précieuses ou fines selon le statut social de son possesseur, ou encore d’un camée ou de ciselures.

 

Anneau

Son importance fut grande au Moyen-Age. Il était notamment utilisé en signe d’investiture et pour officialiser les serments, comme simple objet de parure, comme sceau, pour contenir des reliques. D’autres avaient une fonction sociale : anneau de fiançailles, de mariage, épiscopal. Son usage fut variable au cours du Moyen-Age comme par exemple pour les sceaux car il fut remplacé par un objet dont c’était la seule fonction vers la fin du 9ème siècle.

 

Boucles d’oreilles

Durant la période carolingienne, les boucles d’oreille, réservées aux femmes, sont des pendants courts terminés par une perle. Plus tard, les boucles d’oreilles furent peu utilisées car les femmes avaient les cheveux longs ou des coiffures qui recouvraient les oreilles.

 

Bracelet

Il n’est pas vraiment en usage au Moyen-Age car les manches étaient longues, serrées et bordées par un galon ou par une large bande de broderies ornées de pierreries. Seul cas particulier, celui des chevaliers qui portaient un bracelet au-dessus du coude avec une devise inscrite lorsqu’ils participaient à des tournois. Il était aussi d’usage que le perdant porte un bracelet fermé à clé pendant un an sauf si une dame le libérait.

 

Bulle

Bijou attaché au cou grâce à une chaîne et dans lequel était enfermé une relique ou le nom de Dieu, de la Vierge ou d’un Saint, un texte des Saintes Ecritures. La bulle comportait de petites ouvertures dans le but d’accroître l’efficacité de sa protection. Ce talisman était porté par tous sans distinction d’âge ou de classe sociale bien que l’Eglise soit opposée à ce type de pratique.

 

Collier

Jusqu’au 14ème siècle, les hommes comme les femmes ne portaient guère de colliers. Ces derniers sont plus particulièrement constitués de chaînes à un ou plusieurs rangs, torsades agrémentées de grelots ou de pendeloques ou perles d’or. Des chaînettes peuvent être portées près du cou, tout comme le sont de fines ganses d’or ou de soie. Vers la fin du 15ème siècle, les dames mettent de larges colliers fait de plusieurs rangs de perles avec le fermail placé bien en évidence sur le devant de la gorge. Cependant, les dames françaises avaient plus souvent des plaques de poitrine servant de fermail ou d’agraphe comme ornementation.

 

Couronne

Au Moyen-Age, il n’y avait pas de distinction précise pour les couronnes en fonction du rang de noblesse. A partir du 12ème siècle, les couronnes sont constituées soit de plusieurs éléments maintenus ensemble par des charnières soit d’un cercle plus simple en un seul morceau. Pendant le 15ème siècle, les princes plaçaient leur couronne sur de hauts bonnets ou des chapeaux tandis que les princesses les mettaient sur leurs coiffures (hennins, escoffions...). Les rois pouvaient aussi les poser sur le heaume ou le bacinet.

Reliquaire pendentif hôtel de Cluny Paris musée national du Moyen age

Reliquaire pendentif hôtel de Cluny Paris musée national du Moyen Age.
Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes
www.galerie.roi-president.com

Licence de documentation libre GNU, version 1.2

Anneau à fleur de lys. Bronze doré et ciselé, France, XVe siècle.

Anneau à fleur de lys. Bronze doré et ciselé, France, XVe siècle.

Anneau avec un écusson représentant un poisson. Argent doré, XVe siècle. Trouvé dans la Seine

Anneau avec un écusson représentant un poisson. Argent doré, XVe siècle. Trouvé dans la Seine.

Fermail-reliquaire à l'aigle. Argent découpé à jour, gravé et doré ; argent champlevé et émaillé ; pierres et perles. Bohême (?), milieu du XIVe siècle.

Fermail-reliquaire à l'aigle. Argent découpé à jour, gravé et doré ; argent champlevé et émaillé ; pierres et perles. Bohême (?), milieu du XIVe siècle.

Page précédente

Page suivante